Tous les papiers :

les papiers

À la française

Yoann Thommerel lit son livre À la française à l’occasion d’une soirée sur la littérature et la typographie organisée dans le cadre des Mardis de Lure

Texte poétique, drôle, touchant. À écouter et à voir. En simultané grâce à l’auteur lecteur. 

L’écoute d’un texte inconnu, c’est comme aller à un concert lorsque l’on ne connaît pas le groupe sur scène. Quand on le lit ensuite, une intimité, un écho s’y ajoutent. C’est unique.

L’approche typographique d’À la française est géniale, je n’en dis pas plus, j’adore ce livre. Bravo à Gabriele Čepulytė.

La bibliodiversité, ou l’enjeu de la diversité éditoriale

Normandie Livre & Lecture a organisé une journée professionnelle dédiée à la bibliodiversité ce jeudi 19 mai 2022.

Les échanges du matin ont porté sur l’urgence de la bibliodiversité face aux rouleaux compresseurs des multinationales qui entraînent surproduction et saturation du marché du livre (Gisèle Sapiro). Et, constat enthousiasmant, ce sont les éditeurs indépendants qui, partout dans le monde, relèvent le défi de la diversité éditoriale (auteurs, sujets, publics, langues…).

Sur 6 000 langues, 20 dominent le monde, donc les langues ont besoin des livres et du volontarisme des éditeurs (et des politiques…).

Comme l’explique Pierre Astier, on n’exporte pas les livres, on doit les éditer sur place, les accompagner ! Mais le livre fait peur, et éditer peut relever du parcours du combattant, si l’on écoute le témoignage d’Elisabeth Daldoul.

« Il n’y a pas de “petites” maisons d’édition, il y a des ”bonnes” maisons d’édition » dit-elle.

Une carte mentale pour corriger la biblio

Annie Bauer a réalisé le rêve de tout secrétaire d’édition qui prépare des bibiographies complexes pour différents éditeurs : une « carte mentale de référence bibliographique ». Le résultat est impressionnant.

Une carte mentale pour corriger la biblio proposée par Annie Bauer, janvier 2022

Un extrait de la carte (infographie réalisée par Simon Marrou)

La carte mentale est un outil de « facilitation visuelle ». Elle permet notamment de s’approprier et de naviguer plus facilement dans des constructions complexes ou à multiples facettes.
Après un contrat de vérification et de normalisation de 350 références bibliographiques dans le domaine des sciences sociales, j’ai choisi d’utiliser cette technique pour capitaliser et formaliser l’ensemble des points qu’il m’a permis de clarifier.
La première carte réalisée présente les différents éléments constitutifs des grandes composantes d’une référence bibliographique de façon globale : elle se veut valable pour tout type de document et de norme. Elle doit être considérée comme une ébauche tant il est difficile d’être exhaustif quant aux éléments à préciser (place, séparateur, typographie, présentation…) pour chacune des ramifications de l’arborescence. Elle essaie aussi de retranscrire la variabilité de certaines préconisations, qui diffèrent en fonction des normes (la « marche » maison) de chaque éditeur.

La carte en bonne définition est disponible sur demande auprès de contact (@) anniebauer.fr.
Tous les retours constructifs seront appréciés.
D’autres essais ont décliné les normes d’un éditeur pour un type de document. La présentation est alors plus fine et peut apporter à un auteur ou à un secrétaire de rédaction un outil visuel récapitulatif des arbitrages les plus subtils réalisés, au-delà des normes – souvent généralistes –, au fil des publications.

 

Les références sur lesquelles je me suis appuyée pour ce travail :

–La formation « Préparation de copie, correction, relecture » de Florence Morel et les nombreux échanges que j’ai pu avoir avec elle par la suite.

–Boulogne Arlette, Comment rédiger une bibliographie, Serge Cacaly (dir.), avec la collaboration de Sylvie Dalbin, Paris, ADBS – Nathan/VUEF (128. Série : Information-Documentation), 2002.

–Collectif, Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale [1971], 6e édition, réimpression 2014, Paris, Imprimerie nationale, 2002.

–Kyheng Rossitza, « La référence bibliographique : norme et praxis », Texto! Textes et cultures [en ligne], vol. IX, n° 2, juin 2004. Disponible sur : <http://www.revue-texto.net/Reperes/Themes/Kyheng_References.html> (consultée le 4/12/2021).

–Sauvé Madeleine, Qu’est-ce qu’un livre ? De la page blanche à l’achevé d’imprimer, Montréal, Fides, 2006.

Infographie de présentation de la carte : Simon Marrou
Logiciel utilisé pour la carte mentale : Freemind

Voir plus de papiers